Double mutant indien, la mystification continue...

Dimanche 25 avril 2021

Le pouvoir et les médias à la botte sentant que le bon peuple commence sérieusement à renâcler, et que d’autre part il devient de plus en plus rétif à l’idée de se faire vacciner, nous ont créé, comme ça, vite fait sur le gaz une énième faribole bien anxiogène histoire de terroriser le chaland.

Mesdames et Messieurs, laissez-moi vous présenter le variant double mutant indien.


D’une dangerosité sans pareille (il est pas double mutant pour rien), ce virus qui est déjà parmi nous représente la fine fleur du covid.

À entendre les médias, l’Inde serait en passe de se transformer en pays de zombies, c’est une catastrophe sanitaire sans précédent : hopitaux débordés, respirateurs qui viennent à manquer, c’est plus ou moins une scène d’apocalypse.

Et si nous prenions la peine de vérifier par nous-mêmes ce qu’il en est réellement ?


Les chiffres

Pas inutile de rappeler, en ces temps où les charlatans en sont à compter les cas en se basant sur des tests bien pourris que le premier indicateur de la dangerosité d’une épidémie c’est le nombre de victimes qu’elle fait.

Or ces données, nous les avons, elles sont presque quotidiennement mises à jour sur le site OurWorldInData.

Comparons donc la situation de l’Inde avec la nôtre et celle de quelques pays de référence.

La courbe de l’Inde se situe tout en bas sur le graphique.

En date du 23 avril, on comptait pour l’Inde 137 morts par million d’habitants contre 1 506 pour la France, soit 11 fois moins. Vous commencez à le voir, le loup ?


Ce qu’en disent les médias

Il n’est pas question ici de vous resservir les bobards de la presstitution, mais plutôt d’aller chercher les informations à la source, dans la presse indienne.

Le pouvoir suppose que vous n’irez jamais vérifier, après tout, la langue représente une sérieuse barrière.

Mais est-ce toujours bien le cas en 2021 avec les outils que nous avons à disposition ?


De plus, une bonne partie des journaux indiens sont disponibles en version anglaise.


La première chose que l’on constate n’est pas tant que l’Inde ferait face à une épidémie particulièrement dangereuse, mais tout simplement que les infrastructures sont en dessous de tout.

Manque de respirateurs et jusqu’aux simples bouteilles d’oxygène qui font cruellement défaut au point que l’État a provisoirement supprimé les droits de douanes afin de faciliter l’import de ces fournitures.


Le journal Times Of India titre bien « Record de décès en une seule journée » avec plus de 2 000 morts, mais on parle quand même d’un pays de 1,37 milliard d’habitants, au plus fort de la crise on en comptait 500 par jour en France qui ne compte que 67 millions d’habitants.

Ramené à la population française, les 2 000 décès deviendraient 67 décès…

Pas vraiment de quoi fouetter un chat, la grippe saisonnière tue nettement plus que ça.


Conclusion

Dans l’absolu, la situation sanitaire en Inde n’a rien d’inquiétant, il se trouve seulement qu’ils avaient été épargnés au plus fort de la crise, et que les services de soins de santé sont nettement insuffisants.

Crises d’approvisionnement en matériel critique (oxygène, respirateurs) peut-être bien aggravées par la spéculation et la corruption, au point que le gouvernement a annoncé que tout fonctionnaire qui serait pris en flagrant délit d’organiser sciemment la pénurie serait pendu.

16 vues0 commentaire