Exploitation sexuelle ? Des vidéos de Biden touchant des fillettes censurées par Twitter

Toutes ces images publiques étaient extraites de médias officiels.

Des images de C-Span [chaîne publique américaine diffusant les interventions gouvernementales] de Joe Biden interagissant avec des filles sont signalées par Twitter comme ayant enfreint leur politique contre l’exploitation sexuelle des enfants après être apparues en ligne lors d’une discussion sur le personnage du politicien.

Le différend sur les réseaux sociaux a vu l’activiste progressiste texan Johnny Graz chercher à faire valoir que le candidat démocrate à la présidence devrait faire l’objet d’une enquête pour agression sexuelle.

Un autre commentateur, surnommé Jake Koenig, a cherché à soutenir l’argument de Graz en publiant une compilation vidéo de Biden touchant diverses jeunes filles lors de séances photos lors des cérémonies d’assermentation de leurs parents au Congrès en 2015.

Cependant, le commentateur n’a pas été en mesure de publier les images publiques officielles de la procédure parce que « Twitter l’a signalé pour avoir tenté de publier des images d’agression sexuelle contre des enfants ».


I tried to respond with a video of evidence on how Biden interacts with women and little girls but Twitter flagged me for trying to post images of child molestation hahahahahahhaha. Guess twitter agrees with @jvgraz pic.twitter.com/tOIUMrcyAs — Joe Bidens Televised Shart (@koenigjake) September 12, 2020


J’ai essayé de répondre avec une vidéo de preuves sur la façon dont Biden interagit avec les femmes et les petites filles, mais Twitter m’a signalé pour avoir essayé de publier des images de pédophilie hahahahahahhaha. J’en déduis que Twitter est d’accord avec @jvgraz

L’affirmation de Koenig était facilement vérifiable, car Twitter identifie en effet très rapidement la vidéo comme un contenu « interdit » qui « viole [leur] politique contre l’exploitation sexuelle des enfants ». De plus, le site Web bannit le compte de quiconque poste ces vidéos jusqu’à ce qu’il ait supprimé les images.

Les images tristement célèbres montrent l’ancien vice-président touchant les filles et les petites-filles des législateurs américains. À divers moments, il semble maintenir certaines filles en place et se pencher étroitement pour chuchoter quelque chose à leurs oreilles.


Date: 15 septembre 2020Author: lecridespeuples1 Commentaire

Toutes ces images publiques étaient extraites de médias officiels. Sources du: 14 septembre 2020

Des images de C-Span [chaîne publique américaine diffusant les interventions gouvernementales] de Joe Biden interagissant avec des filles sont signalées par Twitter comme ayant enfreint leur politique contre l’exploitation sexuelle des enfants après être apparues en ligne lors d’une discussion sur le personnage du politicien. Le différend sur les réseaux sociaux a vu l’activiste progressiste texan Johnny Graz chercher à faire valoir que le candidat démocrate à la présidence devrait faire l’objet d’une enquête pour agression sexuelle. Un autre commentateur, surnommé Jake Koenig, a cherché à soutenir l’argument de Graz en publiant une compilation vidéo de Biden touchant diverses jeunes filles lors de séances photos lors des cérémonies d’assermentation de leurs parents au Congrès en 2015. Cependant, le commentateur n’a pas été en mesure de publier les images publiques officielles de la procédure parce que « Twitter l’a signalé pour avoir tenté de publier des images d’agression sexuelle contre des enfants ». I tried to respond with a video of evidence on how Biden interacts with women and little girls but Twitter flagged me for trying to post images of child molestation hahahahahahhaha. Guess twitter agrees with @jvgraz pic.twitter.com/tOIUMrcyAs — Joe Bidens Televised Shart (@koenigjake) September 12, 2020 J’ai essayé de répondre avec une vidéo de preuves sur la façon dont Biden interagit avec les femmes et les petites filles, mais Twitter m’a signalé pour avoir essayé de publier des images de pédophilie hahahahahahhaha. J’en déduis que Twitter est d’accord avec @jvgraz L’affirmation de Koenig était facilement vérifiable, car Twitter identifie en effet très rapidement la vidéo comme un contenu « interdit » qui « viole [leur] politique contre l’exploitation sexuelle des enfants ». De plus, le site Web bannit le compte de quiconque poste ces vidéos jusqu’à ce qu’il ait supprimé les images. Les images tristement célèbres montrent l’ancien vice-président touchant les filles et les petites-filles des législateurs américains. À divers moments, il semble maintenir certaines filles en place et se pencher étroitement pour chuchoter quelque chose à leurs oreilles. La discussion autour du comportement de Biden a été en grande partie alimentée par une série d’accusations de plusieurs femmes selon lesquelles il les avait « touchées de manière inappropriée ». Plus particulièrement, en mars, une ancienne membre du personnel du sénateur Biden, Tara Reid, s’est publiquement manifestée en disant qu’il l’avait agressée sexuellement en 1993. Les allégations n’ont pas attiré beaucoup d’attention des médias, même si elles ont coïncidé avec la montée en puissance du mouvement très médiatisé « MeToo », chargé de faire en sorte que les hommes puissants rendent compte des abus sexuels à l’égard des femmes. Les plus grandes personnalités de l’organisation ne semblaient pas intéressées par le cas de Reid, qui a conduit à des luttes intestines et à des accusations de partisanerie. Biden lui-même a nié les allégations, affirmant que « rien de tel ne s’est jamais produit », et a même ajouté qu’il ne se souvenait pas de la femme. *** Mise à jour : Twitter a immédiatement censuré le Tweet renvoyant à cet article et a bloqué mon compte, au prétexte de la violation de la politique concernant l’exploitation sexuelle des enfants. Voilà la procédure qu’il m’a fallu suivre pour le réactiver.




On ne peut que se féliciter que la protection de l’enfance soit prise au sérieux. Mais lorsqu’elle empêche des faits si importants d’être connus du public à la veille de l’élection présidentielle, on peut se demander s’il ne s’agit pas avant tout de protéger Joe Biden, candidat favori du système (ce qui ne fait certainement pas de Trump un candidat anti-système, mais un second couteau tout aussi asservi à l’Etat profond ; voir Le mythe persistant selon lequel Trump serait anti-impérialiste et anti-système).


Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

27 vues0 commentaire