Le pacte Chine-Iran change la donne – Partie 3

Le pacte Chine-Iran change la donne – Partie 3 : Il n’y a pas de calendrier pour un lancement officiel...


Mardi 6 avril 2021

Partie 3 : Il n’y a pas de calendrier pour un lancement officiel


La déclaration conjointe Chine-Iran de samedi dernier a fait des vagues dans les médias internationaux et parmi les analystes régionaux, d’Israël à l’Inde.

Israël s’inquiète de la coopération en matière de sécurité qui va s’instaurer entre la Chine et l’Iran.


Les Indiens s’inquiètent du sort de leur projet de port de Chabahar dans l’est de l’Iran, qui fait partie intégrante de leur « connectivité régionale ».


Le diable se cache dans les détails.

Et le fait est que le document final négocié par Pékin et Téhéran reste toujours sous le manteau. Les deux parties sont visiblement timides.

Il est certain que toute l’attention à Téhéran est encore tournée vers la lecture des lèvres du président Joe Biden – comment il présente le JCPOA dans les quelques semaines cruciales qui restent avant que les inspecteurs de l’AIEA ne soient expulsés d’Iran le mois prochain.


La déclaration aux médias de Wang Yi, conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères, mardi, faisant le bilan de sa tournée régionale, ne mentionne même pas le pacte avec l’Iran.

Wang a déclaré que « les objectifs escomptés ont été atteints » et a souligné que le gain le plus important, du point de vue de Pékin, est la projection de l’initiative chinoise en cinq points sur la réalisation de la paix et de la sécurité en Asie occidentale en renforçant la capacité des États de la région « à rester imperméables à la pression et à l’ingérence extérieures, à développer de manière indépendante des voies adaptées aux réalités régionales » et, surtout, « à se libérer de l’ombre de la rivalité entre grandes puissances et à résoudre les conflits et les différends régionaux en tant que maîtres de la région ».


Wang a exhorté les pays qu’il a visités – l’Arabie Saoudite, la Turquie, l’Iran, les Émirats Arabes Unis et Bahreïn (plus une « visite de travail à Oman ») – à tenir compte des intérêts fondamentaux de chacun. Pour l’avenir, Wang a énuméré les domaines suivants de « coopération pratique » :

  • l’alignement de l’Initiative Ceinture et Route sur les plans de développement nationaux des États de la région ;

  • l’exportation et la distribution des vaccins chinois anti-covid au niveau régional et la création d’un mécanisme international de « reconnaissance mutuelle des codes de santé » ;

  • la recherche d’une solution à deux États pour la question palestinienne ;

  • le règlement politique des différends régionaux ;

  • la création d’une « feuille de route et d’un calendrier » pour la reprise du JCPOA et la résolution de la question nucléaire iranienne ;

  • la promotion du Forum sino-arabe sur la Réforme et le Développement ainsi que du Forum sur la Sécurité au Moyen-Orient ;

  • la coopération en matière de hautes et nouvelles technologies, telles que la 5G, le big data et l’intelligence artificielle ; et,

  • le développement d’une « communauté avec un avenir commun dans la nouvelle ère » entre la Chine et les États arabes, qui s’oppose à la politisation des questions relatives aux droits de l’homme.

Il est certain que Pékin se positionne en tant que solutionneur de problèmes pour sortir de l’impasse du JCPOA.

La veille de l’arrivée de Wang à Téhéran, l’envoyé spécial américain Robert Malley a eu un entretien téléphonique avec le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu, au cours duquel ce dernier a affirmé que Pékin « continuera à jouer un rôle constructif » pour remettre le JCPOA sur les rails.


Le pacte Chine-Iran s’inscrit profondément dans une nouvelle matrice que Pékin espère créer avec les États arabes du golfe Persique et l’Iran.

Le pacte fait partie d’un nouveau récit sur la sécurité et la stabilité régionales.


On ne sait rien de la nature du mécanisme de paiement de ces transactions économiques massives se chiffrant en centaines de milliards de dollars que le pacte Chine-Iran envisage.

La Chine ne peut être à l’aise avec le risque que représente l’utilisation du dollar américain comme monnaie pour de telles transactions.


En effet, les experts chinois ont noté ces derniers temps que Pékin se rend compte du risque énorme d’une dépendance excessive à l’égard du dollar américain et du système de paiement contrôlé par l’Occident depuis la crise financière de 2008, et que les dernières mesures d’assouplissement quantitatif massif prises par les États-Unis pour relancer leur propre économie renforcent également cette préoccupation.


Par ailleurs, un expert chinois de premier plan, Dong Dengxin, directeur de l’Institut des Finances et des Valeurs mobilières de l’Université des Sciences et Technologies de Wuhan, a récemment déclaré au journal Global Times : « Washington a abusé de SWIFT pour sanctionner arbitrairement n’importe quel pays à sa guise, ce qui a suscité le mécontentement du monde entier. Si la Chine et la Russie pouvaient travailler ensemble pour contester l’hégémonie du dollar, une longue liste de pays répondrait à l’appel et rejoindrait le nouveau système ».


Le système de paiement étant lié au système commercial, Dong suggère que le nouveau système de paiement utilise le yuan comme monnaie de compensation.

« Dans un premier temps, le système pourrait pousser un essai dans les pays d’Asie centrale et les pays et régions situés le long des routes de l’Initiative Ceinture et Route.

À mesure que son influence grandit, le système est prêt à attirer d’autres pays d’Europe et de l’ANASE », a déclaré Dong.


D’autres rapports publiés ces derniers mois font également état de discussions sur un mécanisme de paiement en devises étrangères entre la Chine et l’Iran.

Il reste à voir jusqu’où les États-Unis peuvent supporter un tel affront.

La Chine ne cherche pas la confrontation avec les États-Unis – du moins, pas encore.

Pour l’Iran aussi, l’exportation de pétrole et de gaz, un atout stratégique, avec un paiement en monnaie locale nécessite un acte de foi.

Ces dernières années, la Chine a également exhorté l’Arabie Saoudite à sortir de l’orbite du dollar pour le commerce du pétrole.


Cela dit, la Chine teste les eaux en Asie occidentale.

En janvier dernier, selon certains rapports, l’Institut de la Monnaie numérique de la Banque populaire de Chine et la Banque centrale des Émirats Arabes Unis ont rejoint le pont dit « Multiple CBDC » (m-CBDC), un projet de paiements transfrontaliers visant à faciliter les transferts de fonds, le règlement du commerce international et les transactions sur les marchés de capitaux dans leurs propres juridictions.


Il ne fait aucun doute que le yuan numérique, baptisé en Chine « Monnaie numérique/Paiement électronique », pourrait également remettre en question la suprématie du dollar américain.

À l’heure actuelle, le système chinois de paiement transfrontalier CIPS est à la fois partenaire et concurrent de SWIFT, dans un contexte de tensions sino-américaines croissantes.

Une plus grande utilisation du CIPS au lieu du système SWIFT, basé en Belgique, réduirait l’exposition des données de paiements mondiaux de la Chine aux États-Unis.

Certains analystes américains ont critiqué cette mesure, estimant qu’elle faisait « progresser l’autoritarisme numérique de la Chine à l’échelle nationale et mondiale ».


Avec l’ascension fulgurante de la Chine sur la scène mondiale, Pékin espère depuis longtemps que sa monnaie physique, le renminbi (yuan), profitera de son succès économique pour s’éloigner du système financier dominé par le dollar.

La Chine évolue progressivement vers une position à la fois difficile et opportuniste.


L’Initiative Ceinture et Route de la Chine est un point d’entrée idéal pour l’internationalisation du yuan numérique.

La Chine pourrait demander aux pays participant à la BRI de commencer à accepter le yuan numérique, d’effectuer des paiements de prêts et de payer pour installer des infrastructures telles que des terminaux de point de vente et de réduire les frais de transaction.

Selon l’Administration nationale chinoise des Changes, il a été décidé de « coopérer activement avec la stratégie nationale de développement de l’Initiative Ceinture et Route ».


Outre le fait qu’il s’agit d’un système de paiement moins cher et plus rapide, il crée également un pare-feu contre les sanctions américaines.

Dans un scénario hypothétique, l’Iran peut construire un système de monnaie numérique compatible de sorte que le commerce et les investissements, les transferts transfrontaliers, le règlement du commerce international et les opérations de change entre les deux pays ne puissent plus être suivis par les États-Unis.


Ce système peut effectivement neutraliser les sanctions américaines en contournant le tout-puissant billet vert.

Selon un rapport du New York Times, « s’il est mis en œuvre comme prévu, le partenariat (Chine-Iran) créerait de nouveaux points chauds potentiellement dangereux dans la détérioration des relations entre la Chine et les États-Unis… Les sanctions américaines renouvelées, notamment la menace de couper l’accès au système bancaire international à toute entreprise faisant des affaires en Iran, ont réussi à étouffer l’économie iranienne en faisant fuir le commerce et les investissements étrangers dont elle a tant besoin ».


Comment Washington pourrait-il accepter une telle défiance stratégique à l’heure où « les États-Unis sont de retour », selon l’administration de Joe Biden ?

Le Département d’État américain a promis « d’imposer des coûts aux entreprises chinoises qui aident l’Iran ».

Dans ces conditions, il est tout à fait concevable qu’il n’y ait pas de calendrier pour un lancement officiel du pacte Chine-Iran.

Étant des « États-civilisation », la Chine et l’Iran auraient leurs propres concepts du temps et de l’espace.

5 vues0 commentaire