Les Britanniques vont bientôt recevoir les déchets du rêve américain dans leurs assiettes

Samedi 20 février 2021

Le Royaume-Uni fait partie des premières nations que Joe Biden a l'intention de visiter lorsqu'il deviendra président des États-Unis. En cela, nous pouvons voir les signaux positifs d'une coopération plus poussée entre les deux pays, ou pas.

Il faut comprendre que les démocrates américains et Joe Biden en particulier ne sont pas aussi radicaux que Donald Trump et son équipe. Cela signifie que le gouvernement de Boris Johnson ne devrait pas vouloir se venger de son amitié avec un républicain dont le règne aux États-Unis s'est soldé par une tentative de coup d'État désespérée. D'un autre côté, cela ne signifie pas que les relations entre la Grande-Bretagne et les États-Unis prendront une tournure positive. Le Royaume-Uni est désormais affaibli par la pandémie du COVID-19 et les conséquences du Brexit. Contrairement aux plans ambitieux des conservateurs, la vie en dehors de l’Union européenne est une lutte. Il est possible que tout cela renforce la Grande-Bretagne à l'avenir, mais pour l'instant, cela ne ressemble guère à un puissant empire. Le coût de sortie de sa zone de confort est trop élevé. Un certain nombre d'inconvénients en découlent.

Londres était autrefois une sorte de relais de la position de Washington à Bruxelles, et d'une force très influente. Pour des raisons évidentes, ce point est maintenant aboli alors qu'une administration américaine démocratique cherche à normaliser les relations avec l'Union européenne.

« Aujourd'hui, nous sommes dans la soi-disant ère post-américaine, avec de nouvelles séries de confrontations à venir. Nous assistons à l'activité de joueurs de poids moyen, comme l'Arabie saoudite, la Turquie, la Russie » , dit Nigel Bowles de l'Université d'Oxford, avant d'ajouter : « La Chine pose des problèmes graves et profonds à la nouvelle équipe de la Maison Blanche. Bien que le risque de guerre soit assez faible, la question ne peut être complètement négligée » .

Sur cette base, il est concevable que la Grande-Bretagne puisse bien devenir un allié militaire des États-Unis. Cependant, il y a un problème ici aussi : l'armée britannique est dans une crise grave.

Selon le National Audit Office du Royaume-Uni, les 251 milliards de dollars alloués pour équiper l'armée entre 2019 et 2029 ne sont tout simplement pas suffisants pour répondre à toutes les exigences militaires. En conséquence, la Royal Navy pourrait ne pas être en mesure de détecter et de détruire les missiles d'ici 2030 car le budget ne comprend pas de fonds pour moderniser l'équipement concerné. L'armée de l'air pourrait se retrouver sans avion de reconnaissance, car l'avion E-3 Centry sera mis au rebut d'ici la fin de l'année prochaine, neuf mois avant la livraison des remplaçants. La situation est si critique que l'armée n'a même pas d'argent pour se débarrasser des réacteurs nucléaires des 20 sous-marins qui ont été déjà déclassés.

Naturellement, la crise économique et la dépréciation de la monnaie nationale ne sont pas propices à une résolution rapide des problèmes de défense. Ainsi, la valeur de la Grande-Bretagne en tant que partenaire diminue.

Enfin, pour la Grande-Bretagne, en particulier pour Boris Johnson, la coopération avec les États-Unis est essentielle. Bien entendu, il s'agit avant tout de coopération économique. Et ici, on ne peut manquer de mentionner l'accord commercial très douteux que les pays pourraient signer dans un avenir prévisible. Naturellement, l'accord est présenté comme une réussite à Downing Street, mais il y a beaucoup de critiques sur le fait que cela est trompeur.

Le souci est que les produits américains de mauvaise qualité inonderont le marché britannique. Par exemple, le jambon et le bacon américains sont traités avec des nitrites extraits de légumes, ce qui est interdit en Europe en raison du risque accru de cancer de l'intestin.

« L'industrie américaine de la viande transformée agit comme les grandes compagnies de tabac », a déclaré Guillaume Coudre, auteur de Who Poisoned Your Bacon Sandwich ?, avant de conclure : « Cela obscurcit la vérité sur la viande nitro et obscurcit les faits pour leur propre gain commercial. Ils fonctionnent comme ça depuis des décennies. Ils l'ont fait malgré des preuves claires et incontestables que la viande nitro provoque le cancer de l'intestin" .

Bien entendu, Londres aurait pu restreindre l'importation de ces produits tout en maintenant les normes élevées précédentes, mais ne le fera pas. La Grande-Bretagne n’est pas en mesure de négocier avec la première économie mondiale. Cela n'a plus de sens ici de savoir qui occupe la Maison Blanche. Les États-Unis exploiteront la Grande-Bretagne parce qu'ils le peuvent. La Grande-Bretagne n’a rien pour la contrer, et les dirigeants du pays font donc des concessions impardonnables. Aussi triste que cela puisse être, l'accord commercial pourrait devenir un symbole de la coopération américano-britannique pendant longtemps, au moins jusqu'à ce que le Royaume-Uni ne soit plus en mesure non plus d'acheter de la nourriture transformé.


10 vues0 commentaire