« Pandémie coronavirale » : une « fake-news » ?

Lundi 29 mars 2021

Le 23 Janvier 2020 l’OMS préconisait le test RT-PCR (Reverse Transcriptase-Polymerase Chain Reaction) comme moyen de diagnostic du SARS-CoV-2 en s’inspirant des recommandations d’un virologiste de l’hôpital universitaire Charité de Berlin, personnage dont les recherches sont financées par la fondation Bill & Melinda Gates.


Exactement un an plus tard, le 20 Janvier 2021, l’OMS se rétracte sans vraiment reconnaître qu’elle a fait une erreur et préconise alors un « Re-testing » matériellement impossible à mettre en œuvre.


Ce Re-testing consiste à mettre le prélèvement nasal dans une culture de cellules sensibles au SARS-CoV-2 et de quantifier la croissance éventuelle du virus.


Autant dire que ce type d’approche ne peut être réalisée que dans des conditions particulières réservées aux laboratoires de virologie spécialisés comme en France l’IHU de Marseille pour étudier par exemple la séquence des ribo-nucléotides du matériel génétique du virus.


Dans son communiqué du 20 janvier dernier l’OMS précise que le nombre de cycles d’amplification ne doit pas être supérieur à 25-30 cycles et qu’au delà de 30 Ct (« Cycle amplification threshold ») le test n’a plus aucune signification.


En conséquence l’OMS déclare que tous les cas confirmés positifs au cours des 14 derniers mois sont invalides puisque les pays occidentaux ont utilisé en routine des Ct supérieurs à 35 !


L’OMS est donc très claire, toutes les estimations de recrudescence de la « pandémie » basées sur le nombre de « positifs » par RT-PCR sont elles-mêmes sans aucune valeur.


Toutes les statistiques sont donc fausses et il n’existe aucune preuve scientifique permettant de confirmer l’existence d’une « pandémie » !


En conséquence toutes les mesures décidées par les dirigeants politiques, confinements, couvre-feu, restrictions économiques qui ont eu pour conséquence une panique sociale, l’augmentation de la pauvreté et du chômage, sont toutes injustifiées !

Plus de 2 mois après cette mise en garde de l’OMS rien n’a changé, les politiciens et leurs conseils scientifiques d’opérette (pas seulement en France) continuent d’effrayer les populations et de ruiner les économies. Dans quel but, se demande le professeur Michel Chossudovsky (lien en fin de billet).


Pour l’OMS dans sa déclaration du 20 janvier dernier il s’agit de maintenir un nombre de « cas positifs » suffisamment élevé pour justifier l’obligation de vaccination puisque selon les pouvoirs politiques il n’existe aucun traitement préventif ou curatif à ce jour, ce qui est faux. Pour l’OMS aussi plus de 97% des « cas positifs » sont des faux positifs.


La supercherie est donc gigantesque : les pouvoirs politiques, pour bien terroriser les populations prédisent une troisième vague ou une quatrième vague ou pire encore une persistance indéfinie du SARS-CoV-2 pour bien faire comprendre aux populations que la vaccination est la seule alternative existant à l’heure actuelle pour maîtriser cette pandémie. Inutile de tourner autour du pot, il y a comme un lourd relent de corruption qui affecte tous les gouvernements des pays occidentaux, mais je m’égare …


Pour le conseiller scientifique de l’OMS Pieter Borger toutes les mesures de confinement, de couvre-feu, de port du masque obligatoire, de déplacements limités, de fermeture de magasins non essentiels et de violation des espaces privés sont adossés sur une fraude basée sur un usage abusif des tests RT-PCR avec des Ct non appropriés.


Les médias aux ordres du pouvoir politique, ressassent 24 heures sur 24 la dangerosité du virus alors que pour l’OMS il n’y a pas d’épidémie !


Pour Chodussovsky il s’agit d’un mélange complexe de mensonges, il s’agit d’un crime contre l’humanité.


Ce diabolique projet émanant des sphères supérieurs de l’establishment financier (y compris le World Economic Forum) détruit la vie des peuples à l’échelle mondiale.


Il faut rappeler ici que seule la Tanzanie a refusé le « corona consensus » de l’OMS du 20 Janvier 2020 parmi les 193 membres de cette organisation onusienne.

  • source : globalresearch.ca/nucleic-acid-testing-technologies-use-polymerase-chain-reaction-pcr-detection-sars-cov-2

5 vues0 commentaire