Pfizer s’attend à de nombreux litiges sur les accidents causés par son vaccin COVID...

Pfizer s’attend à de nombreux litiges sur les accidents causés par son vaccin COVID, et exige une indemnisation mondiale...


Mercredi 17 mars 2021

En date du 11 mars 2021, on estime que 10% de la population des États-Unis a été « entièrement vaccinée » contre le COVID-19, selon les Centres américains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC).

Nous disons « entièrement vaccinée » parce qu’on ne sait pas encore très bien quelle est l’efficacité du vaccin COVID, et on ne sait pas non plus si les autorités décideront que des doses supplémentaires de vaccin sont nécessaires (le PDG de Pfizer semble certainement le penser).

Malheureusement, le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) continue d’être mis à jour avec des réactions graves, voire mortelles, suite à des vaccinations contre le coronavirus – certaines dans les minutes ou les heures qui suivent la vaccination.

Et bien que nous ne disposions pas encore de suffisamment de données pour prouver le lien de causalité, il semble évident que Pfizer s’efforce de couvrir ses … actifs … face à ce qu’ils s’attendent clairement à être de nombreuses poursuites judiciaires liées aux vaccins dans un avenir proche.


Une annonce de mauvais augure de la part de Pfizer ?

Le fabricant du vaccin COVID exige des garanties extrêmes de la part des pays en prévision des poursuites pour blessures causées par les vaccins – tandis que le PDG de Pfizer admet ouvertement qu’il veut que les gens reçoivent le vaccin COVID « chaque année ».

Lors d’une interview accordée le 25 février 2021 à NBC News, le PDG de Pfizer, Albert Bourla (qui possède des actions Pfizer pour un montant estimé à 5,68 millions de dollars), a fait une déclaration stupéfiante alors qu’il conditionnait l’auditoire à l’idée d’une troisième dose du vaccin COVID de Pfizer.

« Chaque année, vous devez aller vous faire vacciner contre la grippe », a déclaré M. Bourla. « Il en sera de même avec le COVID. Dans un an, vous devrez aller vous faire vacciner annuellement pour le COVID afin d’être protégé ».

Il est beaucoup trop tôt pour faire de telles affirmations, affirment de nombreuses personnes, surtout si l’on considère ce que Pfizer serait en train de faire maintenant pour se protéger contre de futurs litiges.

La célèbre société pharmaceutique aurait fait pression sur des pays pour qu’ils fournissent des garanties – sous la forme de bases militaires, de bâtiments d’ambassade, de réserves bancaires et d’actifs souverains – afin de faire face à des poursuites judiciaires anticipées concernant le COVID.

Au moins deux pays, l’Argentine et le Brésil, ont rejeté ces demandes, qui, selon de nombreux experts juridiques, reflètent un abus de pouvoir flagrant de la part du géant pharmaceutique.

Il n’est guère surprenant que Pfizer déploie tant d’efforts pour protéger ses résultats, étant donné la nature absolument sans précédent de la situation actuelle. Le vaccin COVID de Pfizer – qui contient une toute nouvelle technologie ARNm – a été développé et autorisé pour une utilisation d’urgence (PAS approuvé, comme le prétendent certains « vérificateurs de faits » des médias sociaux) en huit mois.

Avant cela, le vaccin le plus rapide jamais développé était celui contre les oreillons – qui a pris 4 ans.

Au fait…

Si vous êtes un Américain et que vous êtes blessé par un vaccin COVID, vous ne pourrez pas poursuivre Pfizer en dommages et intérêts (ni aucune autre société pharmaceutique, d’ailleurs) avant au moins 2024 – et peut-être même pas avant.

Voici le contexte entourant les vaccins que vous devez connaître (et pourquoi 1986 est une année importante) :

En mars 2020, lorsque le secrétaire du Département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS), Alex Azar, a invoqué la loi sur la préparation et l’état d’urgence du public (PREP Act), une protection juridique a été automatiquement accordée à toutes les entreprises distribuant des vaccins expérimentaux et d’autres traitements non approuvés pour le COVID-19. En raison de la loi PREP, les gens ne peuvent pas non plus poursuivre la FDA pour avoir autorisé l’utilisation d’urgence de ces médicaments, ni demander des comptes aux employeurs s’ils imposent un vaccin contre le COVID. Cette protection dure jusqu’en 2024.

Bien entendu, les Américains ne peuvent pas non plus poursuivre les sociétés pharmaceutiques pour les dommages causés par les vaccins approuvés.

C’est le cas depuis 1986, date à laquelle le président Ronald Reagan a promulgué la loi sur les lésions dues aux vaccins de l’enfance (NCVIA). Cette loi accorde l’immunité aux sociétés pharmaceutiques. En d’autres termes, vous ne pouvez pas poursuivre Pfizer ou d’autres sociétés pour une blessure que vous ou un de vos proches avez subie à cause de l’un de leurs vaccins, « à moins que la société n’ait commis un acte illicite ou criminel concernant le vaccin », selon la FDA.


Quels sont vos recours ?

L’une des options est de soumettre une demande d’indemnisation au Programme national d’indemnisation des victimes de vaccins (VICP). Il convient de noter que le VICP est supervisé par la Health Resources and Services Administration, qui est une branche du HHS – un conflit d’intérêts potentiel, c’est le moins qu’on puisse dire.

Depuis 1988, 4,5 milliards de dollars d’indemnités ont été versés parmi 7 874 pétitions (sur un total de 23 902 pétitions déposées).

Les sociétés pharmaceutiques ne bénéficient pas, dans certains pays, des mêmes protections juridiques qu’aux États-Unis. Ainsi, alors que le déploiement du vaccin se poursuit et que des millions de personnes font la queue pour se faire vacciner, il sera intéressant de voir comment les pays traiteront les cas de leurs citoyens lésés.


7 vues0 commentaire