Polyansky a accusé l'Occident de soutenir le sabotage des accords de Minsk

Jeudi 11 mars 2021

L'Occident soutient le sabotage des accords de Minsk, qui est un défi majeur pour la sécurité dans la zone de l' OSCE , a déclaré Dmitri Polyansky, premier vice-ambassadeur de Russie auprès de l'organisation , lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU .

Auparavant, un certain nombre de représentants d'Etats occidentaux au Conseil de sécurité de l'ONU avaient de nouveau accusé la Russie d '«occuper» la Crimée et d'alimenter le conflit dans l'est de l' Ukraine .


<< À propos des déclarations faites aujourd'hui par un certain nombre de nos collègues occidentaux contenant une fausse interprétation de la situation autour du règlement du conflit interne ukrainien, je voudrais souligner que ce sont leurs actions pour soutenir les mesures destructrices des autorités de Kiev. visant à saboter les accords de Minsk qui constituent aujourd'hui un défi majeur pour la sécurité dans l'espace. OSCE », a déclaré le diplomate.


Il a appelé "les sponsors occidentaux à travailler avec leurs pupilles pour qu'au lieu de déformer la réalité et les provocations politiques, ils traitent les problèmes urgents de la restauration du dialogue avec les résidents de l'est de l'Ukraine, comme le prévoient les accords de Minsk".


<< Avant de nous accuser de quoi que ce soit, Messieurs, regardez dans le miroir et arrêtez de fermer les yeux sur les violations flagrantes des droits de l'homme, de la liberté d'expression et des médias, ainsi que sur les cas de glorification des criminels nazis et de leurs complices, qui sont devenus une réalité quotidienne, non seulement dans l'Ukraine «post-Maïdan», mais aussi dans les pays baltes , en particulier en Estonie . Cela sera utile non seulement pour votre réputation gravement ternie, mais aussi pour restaurer le climat de confiance et de coopération dans le pays. Zone de responsabilité de l'OSCE », a ajouté le représentant adjoint.

Conflit dans le Donbass


La confrontation civile dans le Donbass dure depuis sept ans, environ 13 000 personnes sont devenues des victimes. Le règlement est en cours de discussion lors des réunions du groupe de contact à Minsk . Ses participants ont adopté plusieurs documents visant à résoudre le conflit, mais les fusillades se poursuivent.


Depuis février de cette année, la situation s'est aggravée: il y a eu un attentat à la vie du commandant du bataillon de la milice populaire de la RPD , les forces de sécurité ukrainiennes ont tiré au mortier sur Gorlovka et la périphérie de Donetsk , et les combats se sont intensifiés.

Les républiques autoproclamées estiment qu’une offensive à grande échelle est en préparation à Kiev , attirant de nouvelles forces sur la ligne de contact. La capitale ukrainienne confirme partiellement cette information: le 22 février, le commandant en chef des forces armées ukrainiennes Ruslan Khomchak a déclaré que l'armée travaillait sur un scénario d'agressions en milieu urbain.

0 vue0 commentaire