Ukrainegate – L’ingérence ukrainienne dans l’élection présidentielle américaine de 2016...

Mardi 20 avril 2021

Dès les premiers jours de son mandat, le président ukrainien nouvellement élu, Volodymyr Zelensky, s’est trouvé dans une position difficile.

Petro Porochenko, qui quitte l’Olympe politique ukrainien, lui a laissé un héritage moins riche que problématique.

Et l’un de ces problèmes est l’Ukrainegate.

C’est un scandale qui, contrairement à l’original américain de 1972 à 1974, dépasse largement les frontières nationales.

Son essence est l’ingérence de l’Ukraine dans le processus électoral aux États-Unis lors de l’élection présidentielle américaine de 2016.

Plus précisément, en soutenant la candidate du parti démocrate américain Hillary Clinton.

À cette époque, j’étais à Kiev et j’ai assisté aux événements qui se déroulaient.

J’avais une idée assez précise de l’ingérence ukrainienne dans l’élection américaine.

Les informations disponibles ont ensuite été complétées par des informations provenant d’autres sources : bases de données ouvertes, fuites de hackers, médias américains et ukrainiens.


Dans le cadre de cette enquête, je souhaite partager avec vous, chers lecteurs, les faits recueillis et les conclusions qui en ont été tirées.


Dans le duo États-Unis – Ukraine, qui a plus besoin de qui, pourquoi et pour quelle raison ?

Le problème de l’Ukrainegate touche à une question assez simple mais très importante : quel est l’intérêt mutuel entre Washington et Kiev.

À mon avis, l’Ukraine a besoin de l’Amérique pour deux raisons principales.

Premièrement, en tant que mécène militaire et politique, l’Amérique est une sorte de patron avec un parapluie nucléaire et de missiles.


Deuxièmement, en tant que donateur financier dont les injections de devises étrangères empêchent le pays de tomber dans le coma économique.


Mais quel est l’intérêt réciproque des États-Unis en Ukraine ?

Aussi offensant que cela puisse paraître pour les habitants de l’Ukraine, mais en tant que personne ayant longtemps travaillé au sein du service de sécurité, je peux affirmer avec confiance : les États-Unis ont besoin de l’Ukraine comme tête de pont géopolitique, correspondant à leurs intérêts géostratégiques dans la confrontation globale avec la Russie.


Les Américains, comme nous le savons, préfèrent « tirer les marrons du feu » avec les mains des autres, dans ce cas – avec les mains ukrainiennes.

Washington souhaite étendre les frontières de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie, établir des bases militaires sur le territoire de l’Ukraine, réguler l’intensité du conflit armé dans le Donbass. Il est bénéfique pour les États-Unis de maintenir une ceinture d’instabilité autour de la Russie.


Le sous-sol et le tchernoziom ukrainiens présentent également un intérêt certain pour les États-Unis.

Les États-Unis font activement pression pour la production et la vente de gaz de schiste sur le marché mondial de l’énergie.

Selon des estimations préliminaires, l’Ukraine dispose de bons gisements de ce gaz sur le territoire des régions de Kharkov, Lougansk et Donetsk.


Le tchernoziom aussi, fait incontestablement partie du patrimoine de l’État ukrainien.

Ce n’est pas pour rien que pendant la Grande Guerre patriotique, les occupants allemands ont exporté par trains entiers de la terre fertile d’Ukraine vers l’Allemagne.

À l’heure actuelle, les Américains peuvent mener différentes expériences douteuses avec des cultures génétiquement modifiées sur un tchernoziom entièrement contrôlé.

La société américaine Monsanto cultive déjà du maïs génétiquement modifié dans les champs ukrainiens.


En outre, ce pays de millions d’habitants représente un bon marché pour les fabricants américains.

Cela ne s’applique pas seulement aux biens de consommation, aux produits, ou aux appareils ménagers.

On peut vendre à l’Ukraine des armes anciennes et elle les achètera, avec des crédits, émis à nouveau par des institutions financières étrangères.


Ainsi, l’intérêt de l’administration américaine pour l’Ukraine est dû à sa situation géographique stratégiquement importante, c’est-à-dire sa proximité avec la Russie et son statut de transit, ses richesses naturelles et son grand potentiel de consommation.


Mais il y a un autre point que nous allons développer dans cette enquête.


Petro Porochenko a fait preuve d’une formidable myopie géopolitique en son temps, en pariant de manière irréfléchie sur l’un des candidats à la présidence américaine.

En 2016, le gouvernement ukrainien a ouvertement soutenu Hillary Clinton et l’a même aidée à « couler » Donald Trump.


Les intérêts des deux parties étaient clairement alignés à l’époque. Porochenko était paniqué à l’idée d’une victoire républicaine.

Kiev pensait que cela changerait la politique américaine à l’égard de la Russie, ce qui entraînerait la levée des sanctions, la diminution du soutien à l’Ukraine et, par conséquent, l’effondrement de l’ensemble de son gouvernement.

Les démocrates, à leur tour, cherchaient le talon d’Achille de leur adversaire et tentaient de lui nuire par tous les moyens.

Finalement, ils ont réussi à obtenir la démission de Paul Manafort, le directeur de campagne de Trump.


En fait, cette histoire, qui s’appelle désormais l’Ukrainegate, est une conspiration criminelle entre des représentants du personnel de campagne d’Hillary Clinton et les dirigeants ukrainiens représentés par Porochenko, visant à empêcher la victoire de Donald Trump.


Mais le président ukrainien de l’époque a fait une grave erreur de calcul.


À l’époque, je travaillais au Bureau central du Service de Sécurité de l’Ukraine (SBU) à Kiev.

Je me souviens bien de la panique qui s’est emparée des structures du pouvoir en Ukraine après la victoire des Républicains.

Mes connaissances au sein de la direction de la sécurité d’État m’ont dit que pendant plusieurs jours, l’administration du président Porochenko était tout simplement paralysée : ils s’attendaient à une réponse immédiate pour l’implication de l’Ukraine dans les attaques contre Trump.

De nombreux politiciens ont supprimé leurs messages sur les médias sociaux contenant des critiques à l’égard du candidat Républicain.

À l’époque, tout s’est bien passé, et l’establishment de Kiev a commencé à penser que le scandale n’affecterait pas les relations entre les deux pays.


Mais la suite des événements a montré que le maître de la Maison Blanche n’avait rien oublié.

Il a supporté toutes les attaques dont il a fait l’objet, a pris fermement la pause nécessaire et a commencé à demander justice, en exploitant le thème de « l’Ukrainegate ».


Ainsi, trois ans plus tard, l’Ukraine est revenue à l’ordre du jour de la lutte politique interne aux États-Unis.

L’éternelle confrontation entre Démocrates et Républicains a dépassé les frontières nationales et entraîne les fonctionnaires et les hommes politiques ukrainiens de plus en plus profondément dans son tourbillon.


La tournure que prendra la situation pour l’Ukraine elle-même dépendra également du nouveau président, Volodymyr Zelensky, qui est confronté à un choix difficile.

Mais nous en reparlerons plus tard. Pour l’heure, venons-en à l’histoire de ce scandale international.


L’opération visant à compromettre Manafort

Paul Manafort a travaillé en Ukraine depuis 2004.

Il a conseillé le Parti des régions lors des élections législatives de 2006 et 2007, ainsi que Viktor Ianoukovitch lors de la campagne présidentielle de 2010.


Naturellement, le parti démocrate était au courant.

Et lorsque Manafort est devenu le chef du quartier général de la campagne de Trump, la question de savoir où chercher des informations compromettantes sur lui ne se posait pas.

Tous les regards étaient tournés vers l’Ukraine, qui, à l’époque, était déjà sous le contrôle total de l’administration du président démocrate Barack Obama depuis deux ans.

Et cette mission est arrivée à Kiev.


L’opération visant à discréditer Manafort a été soigneusement planifiée.

À mon avis, il est préférable de présenter la trame de ce « spectacle » comme une suite d’événements, en mentionnant les personnes qui y ont été directement impliquées.


Sur les instructions de Clinton, la sous-secrétaire d’État américaine de l’époque, Victoria Nuland, charge les autorités ukrainiennes, représentées par le président Petro Porochenko de rassembler des informations compromettantes sur Manafort.

L’instruction est transmise par l’intermédiaire de l’ambassadeur d’Ukraine aux États-Unis, Valery Chaly.


Le président Porochenko charge le chef de son administration, Boris Lojkine, de faire appel aux agences de sécurité de l’Ukraine pour exécuter les instructions du département d’État.

Puis une combinaison à plusieurs volets est jouée.


Le 27 mai 2016, l’ancien vice-président du SBU Viktor Trepak présente au public le soi-disant « livre de grange » du Parti des régions.

Il s’agit de documents financiers confirmant des paiements « au noir » provenant de la trésorerie officieuse du parti.

Du matériel compromettant précieux, qui a été « perdu » quelque part pendant l’enquête sur les affaires pénales contre Viktor Ianoukovitch, mais qui n’a pas disparu.


Des employés du SBU qui travaillaient sous les ordres de Trepak m’ont parlé, lors de conversations personnelles, de la disparition de nombreux documents saisis au cours de l’enquête sur le Parti des régions.

Je tiens à souligner une fois de plus que Trepak occupait une position élevée dans le système du Service de Sécurité. Il a été le premier directeur adjoint – chef de la Direction principale de la lutte contre la corruption et le crime organisé.

En outre, il était membre d’un groupe distinct du SBU qui enquêtait sur les crimes commis par le Parti des régions, notamment les crimes économiques.


En avril 2016, il a été licencié, mais il n’est pas parti, comme on dit dans ces cas-là, les mains vides : il a emporté avec lui de précieuses informations compromettantes qui, pensait-il raisonnablement, pourraient être utilisées en fonction de la situation.


Et le bon moment pour sa divulgation est arrivé – en mai 2016, le chef de l’administration présidentielle Lojkine reçoit l’ordre correspondant.


Trepak soumet ces documents au Bureau national anticorruption de l’Ukraine (NABU). Son chef Artiom Sytnik donne l’ordre de commencer une enquête sur les matériaux reçus.


En août 2016, il y a une flambée médiatique, et les informations compromettantes sur Manafort sont rendues publiques.

À cette fin, les patrons américains du projet ont fait appel à l’ancien journaliste et désormais député ukrainien Sergueï Lechtchenko.

Il a notamment affirmé que le directeur de campagne de Trump avait reçu illégalement plus de 12 millions de dollars non comptabilisés du Parti des régions pour des « services de conseil ».

Sergueï Lechtchenko montre des pages du « livre de grange » du Parti des Régions

Sergueï Lechtchenko a agi comme un agent double.

D’une part, en tant que député du Bloc Petro Porochenko, il exécutait un ordre du chef de son parti.

D’autre part, il a agi sur les instructions de Washington.

Il a reçu l’ordre de mener une action visant à discréditer Manafort de la part de l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt, qui avait précédemment surveillé les activités de Lechtchenko et d’autres protégés américains similaires en Ukraine.


Les employés de la 1ère direction du département du contre-espionnage du SBU (DKR) savaient parfaitement que Lechtchenko avait été recruté par les services secrets américains.

On savait également qu’il avait suivi une formation supplémentaire lors de ses études à l’université de Stanford en 2013.


Viktor Get, chef de la 1ère direction du DKR, s’est plaint un jour à moi qu’après le Maïdan, de nombreuses affaires ont été enterrées dans le cadre de la contre-attaque des services de renseignement occidentaux. Sinon, il aurait depuis longtemps « mis la main sur Lechtchenko et d’autres comme lui ».


Et, bien sûr, sous d’autres autorités, le SBU n’aurait jamais délivré une habilitation secret d’État à un agent étranger établi.

Mais en 2014, la coopération avec les services de renseignement américains et britanniques a cessé d’être un crime en Ukraine.


Après la publication des matériaux du « livre des granges » du Parti des régions et des « révélations » de Lechtchenko, un scandale a éclaté, qui a contraint Manafort à quitter le poste de chef du quartier général électoral de Trump.

Schéma de l’opération de compromission de Paul Manafort

Il convient de noter que, dans cette opération, Lechtchenko a joué le rôle d’un « tuyau d’évacuation » classique.

Il s’est vu confier le rôle « d’exécuteur-tueur » dans l’élimination politique de Manafort, tandis que les clients de cette action devaient rester dans l’ombre.


Dans ce contexte, il est également nécessaire de rappeler comment les forces de sécurité ukrainiennes ont mis la main sur la « comptabilité noire » du Parti des régions.

Au cours d’une période de forte aggravation sur le Maïdan en février 2014, une attaque tactiquement non fondée a été menée par des manifestants contre le bureau du Parti des régions.

Les locaux ont été vandalisés et des personnes ont été tuées.

Il est à noter que pendant une longue période du mouvement de protestations, personne n’a prêté attention à ces locaux, et cette attaque a été soudaine et a mis l’accent sur la démonstrativité.


Dans le même temps, comme le notent presque tous les témoins oculaires, les attaquants se sont particulièrement intéressés aux salles de serveurs et aux bureaux contenant de la documentation.

Même les employés du bureau qui fuyaient cherchaient des papiers.

Apparemment, l’attaque a été organisée, comme on dit, grâce à un tuyau, et la véritable cible des attaquants était précisément les documents financiers du Parti des régions.

Le fait que des personnes aient été tuées n’est qu’un dommage collatéral pour ceux qui ont ordonné le pogrom sur le chemin d’une véritable démocratie basée sur le modèle américain…


Plus tard, lesdits matériaux ont fini dans les mains d’honnêtes employés du SBU, à savoir Viktor Trepak.


Sans aucun doute, la divulgation de la « caisse noire » du Parti des régions a porté le plus grand coup à la campagne du président américain sortant.

Mais le « livre de grange » n’était pas la seule source de ragots sur Trump et Manafort.

Les démocrates ont envoyé leurs agents dans diverses directions et sources.

Et la plupart de ces espions se sont rencontrés en Ukraine.


« Cherchez la femme », comme disent les Français

Dans de nombreux cas, l’expression française « cherchez la femme » en dit long.

Ici aussi, l’histoire des informations compromettantes, des démocrates et des ingérences peut commencer par une femme.

Bien avant la publication du « livre de grange », Alexandra Tchaloupa, Ukrainienne de naissance et fonctionnaire expérimentée du parti démocrate américain, a commencé à chercher des informations sensibles sur l’entourage de Trump.

Alexandra Tchaloupa

Elle a elle-même admis par la suite qu’elle avait spécifiquement utilisé à cette fin son propre réseau de sources à Kiev et à Washington, qui comprenait des journalistes d’investigation, des fonctionnaires et des agents de renseignement.


Pendant le second mandat de Bill Clinton, Alexandra Tchaloupa a travaillé à la Maison Blanche en tant que secrétaire exécutive du Bureau des affaires publiques.

Après la défaite de l’ancien vice-président Al Gore lors de l’élection présidentielle de novembre 2000, Mme Tchaloupa a rejoint le Comité national démocrate (DNDC), où elle a accédé au poste de conseillère politique principale.

Elle aurait reçu plus de 410 000 dollars du budget du parti entre 2004 et 2016.

Elle a également travaillé lors de nombreuses élections au Sénat et au Congrès, en conseillant les candidats démocrates et leurs directeurs de campagne.


Toutefois, revenons au début de l’année 2016.

Après avoir reçu une mission du quartier général d’Hillary Clinton, Alexandra Tchaloupa s’est d’abord rendue à l’ambassade d’Ukraine aux États-Unis.

Lors d’une réunion avec Valery Chaly et son assistante Oksana Chouliar, elle a rapidement réussi à trouver un terrain d’entente et des intérêts communs contre Trump.


Le fonctionnaire de l’ambassade Andreï Telijenko a été chargé d’aider les démocrates.

« Oksana m’a dit de contacter Tchaloupa si j’avais des informations ou si je connaissais des gens qui en avaient. Ils ont coordonné l’enquête sur Paul Manafort avec Alexandra Tchaloupa et l’équipe d’Hillary », a déclaré Telijenko à Politico.


Selon lui, les démocrates avaient des objectifs très spécifiques et extrêmement ambitieux : « Pas seulement pour discréditer. Selon Alexandra Tchaloupa, et cela a déjà été écrit dans les médias, le but était de pousser Donald Trump à se retirer de la course.

Tenir une réunion spéciale d’une commission du Congrès américain à l’automne 2016 et obtenir le retrait de sa candidature. On me l’a dit ouvertement. »


Avant de rejoindre le service diplomatique, Andreï Telijenko travaillait pour le bureau du procureur général à Kiev et entretenait de bons contacts avec les agences de sécurité de son pays d’origine.

Pour accomplir sa tâche, il a fait appel à des contacts dans les services de renseignement, la police et les bureaux du procureur dans tout le pays.

Il a réussi à obtenir certaines informations qui auraient révélé les liens de Trump et de son entourage avec les Russes.


En outre, il a découvert un détail très intéressant.

Des agents de la désormais scandaleuse société Fusion GPS, à l’origine de Christopher Steele et de son « dossier Trump », ont également frappé aux portes d’agences privées et gouvernementales ukrainiennes à la recherche d’informations similaires.

Mais nous en reparlerons plus tard.


Telijenko a déclaré aux journalistes qu’il ne voulait pas donner les données obtenues directement à Tchaloupa et qu’il les a plutôt remises à Tchaloma : « Je lui ai dit que ce que nous faisions était illégal, qu’il était contraire à l’éthique de faire une telle chose en tant que diplomates ».


L’ambassadeur a répondu qu’il examinerait lui-même la question. Et en effet, il a réglé le problème.


Le 26 avril, Yahoo News a publié « à l’improviste » un article sur un accord de 26 millions de dollars entre Paul Manafort et l’oligarque russe Oleg Deripaska concernant une entreprise de télécommunications en Ukraine.

L’auteur de l’article était le journaliste Michael Isikoff, qui collaborait depuis un certain temps avec Alexandra Tchaloupa.

Michael Isikoff

Deux jours plus tard, ils sont tous deux apparus lors d’une réunion à huis clos organisée à la Bibliothèque du Congrès, avec 68 journalistes ukrainiens.

Lors de ce séminaire, ils ont informé les journalistes des données déjà disponibles et ont défini des orientations pour la poursuite de la recherche d’informations compromettantes sur Manafort.


Par ailleurs, il convient de noter que l’une des sources d’information de Tchaloupa était le même Sergueï Lechtchenko. Ils ont discuté du rôle de Manafort dans la politique ukrainienne.

Le député lui a dit que le consultant politique américain « fermait les yeux sur la corruption des politiciens pour lesquels il travaillait ».


Après le scandale qui a éclaté en juillet 2016 au sujet de la fusion des structures du parti démocrate et du quartier général de Hillary Clinton, Tchaloupa a officiellement quitté le DNDC et a continué à collecter des informations compromettantes sur Manafort et Trump en tant que « détective privé ».


Comment les fonctionnaires du ministère américain de la justice sont liés au « dossier Trump » et quel est le rôle de Sergueï Lechtchenko dans ce dossier ?

Comme nous le savons déjà, les Démocrates ont commandé des informations compromettantes sur Trump et son entourage auprès de plusieurs sources.

L’un d’entre eux était le cabinet d’études américain Fusion GPS.

En avril 2016, cette société a engagé l’ancien officier de renseignement du MI6 Christopher Steele, alors à la tête de la société de détectives Orbis Business Intelligence, pour compiler le dossier Trump. C’est de notoriété publique.


Mais en plus de Steele, Fusion GPS a fait appel à plusieurs de ses employés pour l’aider dans son projet.

Ils ont été chargés de rechercher les voyages et les activités commerciales des enfants de M. Trump, ainsi que de trouver des informations sensibles sur Paul Manafort.

Cela a amené des agents de Fusion GPS en Ukraine, dont une certaine Nellie Ohr.

Nellie Ohr

Tout d’abord, quelques précisions sur sa personnalité qui vous permettront de vous faire une idée immédiate sur elle.

Avant de rejoindre Fusion GPS, Nellie Ohr a travaillé comme experte de la Russie pour un centre de recherche de Washington qui était un contractant de la CIA.

La profession de son mari, Bruce Ohr, est également intéressante.

En 2016, il a occupé le poste élevé d’assistant du sous-secrétaire américain à la Justice Rod Rosenstein et a fait partie d’un groupe tacite de fonctionnaires qui soutenaient désespérément Hillary Clinton.

Comme ça, c’est déjà clair.


Interrogée par le Congrès américain, Nellie Ohr a admis à contrecœur que la source de son cabinet en Ukraine était l’odieux parlementaire Sergueï Lechtchenko.


« Je me souviens […] qu’ils ont mentionné un certain Sergueï Lechtchenko, un Ukrainien », a déclaré Mme Ohr lorsqu’elle a été interrogée sur les sources de Fusion GPS.

« Sa source d’information m’est inconnue. »


« Était-il la source du fondateur de Fusion GPS, Glenn Simpson ?

Ou était-il la source de l’employé de Fusion GPS, Jake Berkowitz, ou les deux ? », a essayé de découvrir le membre du Congrès.


« Je ne sais pas quelle est la différence entre les deux, il n’était que la source de Fusion GPS », a déclaré la collaboratrice.


En outre, Nellie Ohr a déclaré que Lechtchenko avait fourni aux employés de la société des informations sur Manafort.


Elle a librement partagé ses découvertes avec son mari et d’autres représentants des forces de l’ordre américaines.

Au même moment, Bruce Ohr était en contact avec l’ancien agent des services de renseignement britanniques Christopher Steele et le responsable de Fusion GPS Glenn Simpson.


Par conséquent, il était au courant de la situation et a suivi l’évolution des enquêtes, ce qui est pour le moins non professionnel.

Bruce Ohr

Il s’est avéré qu’il a été suspendu de son poste en raison de