Une étude du gouvernement britannique confirme le risque lié au vaccin Covid-19...

Une étude du gouvernement britannique confirme le risque lié au vaccin Covid-19 : les infections augmentent en deux semaines...

Dimanche 7 mars 2021

Quiconque s’inquiète de la sécurité des vaccins Covid-19 risque d’être ridiculisé en tant « qu’anti-vaxxer », mais les vrais extrémistes sont ceux qui refusent d’entendre les preuves que quelque chose va mal dans cette intrusion expérimentale de masse sur le caractère sacré du corps. Un rapport de la santé publique anglaise confirme que les infections augmentent dans les quinze jours suivant la vaccination.


Alors que le programme de vaccination a commencé sérieusement en janvier, des signes inquiétants sont apparus dans les maisons de retraite, où réside une grande partie de la population cible initiale de personnes âgées de plus de 80 ans. À la Pemberley House de Basingstoke, en Angleterre, un tiers des résidents sont morts des suites de la maladie de Covid-19. Le bilan de 24 décès est inhabituel dans un foyer qui n’avait pas été touché par la maladie auparavant. Des faits similaires sont apparus en Allemagne.


Les indications les plus claires provenaient de petits pays qui s’efforçaient de vacciner toute leur population adulte. L’enclave britannique de Gibraltar a reçu le vaccin Pfizer le 16 janvier et les personnes âgées ont été rapidement vaccinées. Soudain, ce minuscule État, qui compte 33 000 habitants, présente la pire mortalité de Covid-19 au monde (2 761 par million). De seulement 9 décès en décembre, on est passé à près d’une centaine aujourd’hui. Le ministre de la Santé a nié avec colère les affirmations selon lesquelles le vaccin tuait des gens, mais a finalement admis que certains décès étaient survenus peu après la piqûre.


Les Émirats Arabes Unis ont reçu d’importants lots du vaccin chinois Sinopharm ainsi que le produit Pfizer en décembre. Comme l’a déclaré Amer Sharif, chef du centre de commandement et de contrôle Covid-19 à Dubaï, les Émirats Arabes Unis ont pour objectif d’être le premier pays au monde à vacciner 100% des adultes éligibles. Une augmentation des décès a été attribuée aux souches mutantes, mais comme dans d’autres pays, le taux a augmenté de manière disproportionnée dans la tranche d’âge vaccinée. Le 10 février, un nouveau record quotidien de 18 décès dus au coronavirus a été enregistré, et la tendance s’est poursuivie. Le nombre de décès est beaucoup plus élevé que lors de la première vague au printemps dernier.


D’autres preuves de dommages iatrogènes sont venues d’Israël, qui a commencé à vacciner le 19 décembre. Comme l’a rapporté l’ancien journaliste du New York Times Alex Berenson, alors que la mortalité due au Covid-19 a augmenté chez les Israéliens tout au long du mois de janvier, en Palestine, elle a fortement diminué après une forte hausse en décembre. Pourtant, les Palestiniens n’avaient pas de vaccin.


Cette corrélation est plus qu’une coïncidence. L’analyse des données du Ministère israélien de la Santé par Hervé Seligmann de l’Université d’Aix-Marseille indique qu’environ 40 fois plus de personnes âgées sont mortes de Covid-19 dans les trois semaines entre la première et la deuxième dose que parmi celles qui n’ont pas été vaccinées. Des agneaux sacrifiés ? Le nombre de décès en Israël est en baisse, ce que les politiciens et les médias attribuent au vaccin, bien qu’il y ait une tendance mondiale à ce que le virus devienne moins mortel.


Il ne faut pas s’étonner que les vaccins Covid-19 aient des effets délétères aussi bien que voulus. Les données de Pfizer montrent une importante déplétion lymphocytaire dans la première semaine suivant la vaccination. June Raine, chef de la MHRA, l’autorité britannique de réglementation des médicaments, a reconnu qu’il fallait « une semaine ou deux » pour renforcer l’immunité après la première piqûre.


L’étude de Public Health England, saluée par le ministre de la Santé Matt Hancock pour la diminution de 80% des hospitalisations, a en fait montré une augmentation de 48% des infections après la première dose de vaccins Pfizer et Astra Zeneca. Les auteurs ont toutefois attribué cette hausse à un risque d’exposition plus élevé. Mary Ramsay, responsable des vaccinations à PHE, a déclaré que « cela s’ajoute aux preuves croissantes que les vaccins fonctionnent pour réduire les infections et sauver des vies ». Elle a passé sous silence les centaines de personnes qui sont mortes après avoir reçu le vaccin.


C’est peut-être ce qui est en train de se passer. Des personnes vulnérables qui, sans le savoir, avaient le Covid-19 ou dont le système immunitaire le tenait à distance, ont succombé à la maladie après que le vaccin eut réduit leur immunité. Le virus a frappé fort, provoquant de graves symptômes, des tempêtes de cytokines et une pneumonie. Il est également possible que les personnes qui se protégeaient auparavant aient été infectées par les vaccinateurs.


Cela doit être examiné avec soin, et non pas nié par ceux qui sont censés nous protéger. C’est de cette attitude défensive et de cette censure qu’est né le scandale de la thalidomide. Les autorités ont apparemment mis de côté tout ce que nous avons appris sur les garanties éthiques dans les traitements cliniques et expérimentaux. L’organisme britannique de réglementation de la médecine est fortement financé par la Fondation Bill & Melinda Gates.


Pourquoi les médecins ne donnent-ils pas l’alerte ? Dans la formation médicale, à peine une journée est consacrée à l’apprentissage des vaccins, et Big Pharma exerce une influence indue sur cette noble profession.


La pensée critique et la dissidence étant étouffées par le régime Covid, la plupart des médecins sont de simples conformistes. Nous devons appeler les quelques médecins courageux à poursuivre leurs efforts pour exposer le danger mortel de cette intervention très douteuse.

*

Mise à jour – Voici le document actuel (qui a été joint dans le communiqué de presse de PHE :

  • medrxiv.org/content

Début de la section des résultats : Les personnes âgées de >=80 ans vaccinées avec le BNT162b2 avant le 4 janvier avaient une probabilité plus élevée de présenter un test positif dans les 9 premiers jours suivant la vaccination (rapport de cotes jusqu’à 1,48). Donc, 48% d’augmentation des infections.


source : https://www.thegatewaypundit.com

31 vues0 commentaire