Xinjiang et Ouïghours – Ce qu’on ne vous dit pas


« 1 million de musulmans ouïghours dans les camps de concentration ! » … « Nettoyage ethnique et génocide culturel ! » … les médias occidentaux sont très efficaces pour utiliser des phrases émotionnelles. Mais quelle est la vraie histoire ? Allons au-delà de l’exagération, de la distorsion et du sensationnalisme.

Tout d’abord, les médias ne montreront jamais les parties pacifiques et prospères du Xinjiang :


Et les médias occidentaux ne parleront pas des milliards de dollars que la Chine a investis dans le Xinjiang, modernisant les villes, construisant 21 aéroports, reliant la région aux trains etc. Voici une vidéo d’Urumqi, la capitale du Xinjiang. Voyez à quel point elle est prospère :


En 2018, les 21 aéroports du Xinjiang ont traité 33 millions de passagers.

Les efforts du gouvernement chinois se reflètent dans la croissance exponentielle du PIB de la région du Xinjiang. En 2020, l’extrême pauvreté au Xinjiang a été complètement éliminée !


***

En ce qui concerne la minorité musulmane, il y a des milliers de mosquées au Xinjiang, une région dont l’histoire remonte à plus de 2 000 ans lorsque l’ancienne route de la soie reliait la Chine à l’Italie et à la Grèce. En Chine, il y a des mosquées qui ont été construites au Xème siècle, ce qui démontre la tolérance et le respect des droits religieux dans la société chinoise.


Il y a environ 20.000 mosquées au Xinjiang

Beaucoup d’Occidentaux ne comprennent pas que les Ouïghours ne sont pas les seuls musulmans en Chine. Il y a aussi plus de 20 millions de musulmans « Hui », qui sont différents des Ouïghours et vivent en paix dans toute la Chine. Ensuite, il y a d’autres groupes ethniques musulmans chinois comme les Kazakhs, les Kirghizes, les Tatars, les Ouzbeks, les Salars, et ainsi de suite, qui n’ont pas non plus de problèmes avec le gouvernement.





***

En ce qui concerne la liberté religieuse, il y a des milliers d’imams qui dirigent les mosquées du Xinjiang; et voici Abudulrickv Tumyazi, président de l’Association islamique du Xinjiang, donnant une interview :


Comme quelques autres provinces, le Xinjiang est une région « autonome », ce qui signifie qu’il est géré par des Ouïghours pour la plupart. Par exemple, le gouverneur actuel est Shohrat Zakir, un Ouïghour qui est aux commandes depuis 2014.

A retenir également deux pépites d’information : le Xinjiang est une région très vaste, quatre fois plus grande que la Californie (!) ; et les Ouïghours ne font qu’environ 40% de la population du Xinjiang. Dans l’ensemble, les Ouïghours ne représentent que 0,7% de la population chinoise. C’est à peu près le même pourcentage que la population amérindienne aux États-Unis maintenant.

Est-ce que cela ressemble à un génocide ?

Considérez les faits suivants et demandez-vous s’ils sonnent comme un génocide des Ouïghours :

  • Les Ouïghours ont été exemptés de la politique de l’enfant unique initiée par la Chine en 1978.

  • La population ouïghoure au Xinjiang a doublé au cours des quarante dernières années. Entre 2010 et 2018, la population ouïghoure du Xinjiang a augmenté de 25% (tandis que la population han de cette région a augmenté de 2%).

  • En outre, l’espérance de vie au Xinjiang est passée de seulement 30 à plus de 74 ans depuis 1949.

  • Les Ouïghours (et d’autres minorités en Chine) obtiennent également de nombreux traitements préférentiels – discrimination positive – dans les collèges et d’autres domaines.

  • Le PIB du Xinjiang a augmenté de 1 000% au cours des 20 dernières années; et la pauvreté absolue dans la région a été totalement éradiquée.

Les Ouïghours vivent plus longtemps, augmentent en population et deviennent plus riches. Quelle étrange façon pour la Chine d’éliminer les Ouïghours !

Tous les Ouïghours ne sont pas les mêmes

Maintenant, brisons les faits. Il existe quatre types de musulmans ouïghours :

  1. Ouïghours bien éduqués, musulmans modérés/laïcs

  2. Ouïghours pauvres et de classe moyenne inférieure

  3. Nomades

  4. Séparatistes et terroristes

Ouïghours modérés/laïcs

Ce sont des musulmans de la classe moyenne ou supérieure qui jouissent d’une vie normale, ont de bons emplois et s’intègrent facilement à la culture chinoise dominante. Il y a même des musiciens ouïghours populaires, rappeurs (voici un exemple), animateurs de télévision, politiciens, etc en Chine. Voici deux actrices ouïghoures célèbres – Guli Nazha et Dilraba Dilmurat. Il y a aussi des acteurs ouïghours masculins comme Merxat Yalkun.


Actrices Ouïghoures

Les enfants ouïghours de familles instruites vont à l’école, vivent une vie normale et s’amusent beaucoup sur les médias sociaux comme Tik Tok (« Douyin » en Chine) :

  • https://video.wordpress.com/embed/PUMpCk2Q?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

Et voici un mariage ouïghour de classe supérieure, pour lequel évidemment la famille a dû dépenser beaucoup d’argent !

  • https://video.wordpress.com/embed/qtB6TK4X?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

Politiquement, il y a aussi des Ouïghours puissants. C’est le cas d’Arken Imirbaki, vice-président du Congrès national du peuple depuis 2013. Plus important encore, il est membre du puissant Comité central du Parti communiste chinois.

Et puis il y a An Waer, l’ouïghour qui est l’ambassadeur de Chine à Bahreïn, le pays islamique du Moyen-Orient ! Voici les photos de Imirbaki et Waer.


***

Et les Ouïghours servent aussi dans l’armée chinoise. Voici quelques femmes ouïghoures dans l’APL (Armée populaire de Libération) :


°°°

Ouïghours de la classe ouvrière

Il y a aussi de nombreux Ouïghours de la classe ouvrière qui peuvent posséder des restaurants et des boutiques de cadeaux ou travailler comme artistes et artisans dans des lieux touristiques. Leur vie n’est pas mauvaise et la plupart d’entre eux n’ont pas d’ennuis avec le gouvernement. Voici un diaporama rapide :













***

Ouïghours vraiment pauvres

Ensuite, il y a vraiment de pauvres Ouïghours qui vivent dans des bidonvilles. Ce sont des cibles de choix pour le recrutement par les djihadistes. Beaucoup de ces enfants ouïghours travaillent dans les rues et cirent des chaussures ou aident leurs familles avec des travaux comme prendre soin des ânes, des chameaux etc.


Lorsque le gouvernement chinois exige que ces enfants aillent à l’école, les médias occidentaux crient au meurtre sanglant. Quelle hypocrisie ! Si ces Ouïghours viennent aux États-Unis, les enfants seront également forcés de fréquenter l’école. Voici une école à laquelle le « méchant PCC » oblige les enfants ouïghours à assister :


La plupart de ces enfants ne parlent même pas chinois, ce qui limite considérablement leurs capacités à trouver un emploi plus tard à l’âge adulte. Ainsi, quand ils apprennent le chinois à l’école, la propagande occidentale crie, « génocide culturel ». C’est de l’idiotie !

La BBC admet que le gouvernement « communiste » (alerte!) a dépensé 1,2 milliard de dollars au cours des cinq dernières années pour moderniser et construire de nouvelles écoles pour les enfants au Xinjiang. Cela devrait être applaudi, pas diabolisé !


Le gouvernement chinois a fait un travail phénoménal pour sortir 3 millions de musulmans ouïghours de la pauvreté entre 2014 et 2019. Bien sûr, les médias occidentaux n’en parleront jamais.

Pleurnicher sur les réimplantations

Les observateurs de la Chine se plaignent sans cesse de la réinstallation des Ouïghours. Par exemple, dans cet article, la chaîne de propagande Radio Free Asia (RFA) s’écrie sur la façon dont environ 400 familles ouïghoures dans un village isolé ont été déplacées par le gouvernement chinois. Cependant, l’article admet que ces gens avaient l’habitude de vivre dans des maisons faites de boue et de roseau [herbe] ; et ils n’avaient pas la télévision, les téléphones, l’électricité ou même l’eau courante. Ce n’est pas la « culture ouïghoure » ; c’est tout simplement l’extrême pauvreté. Si vivre comme ça est si génial, pourquoi ne pas tous revenir au XVIIIe siècle ?







Voici un clip de 30 secondes sur la façon dont une ville désertique appelée Aktash au Xinjiang a été modernisée et a aidé à relocaliser 14 000 Ouïghours ultra-pauvres. Toute personne qui a vécu dans un pays en développement et vu la pauvreté sévère et les bidonvilles… appréciera la vertu de tels programmes.

  • https://video.wordpress.com/embed/uk0Swhcf?preloadContent=metadata&hd=1

Regardez cette vidéo rapide sur la façon dont le gouvernement chinois a aidé une famille rurale ouïghoure au Xinjiang à emménager dans un logement moderne et a aidé tous les membres de la famille à trouver un emploi. Il s’agit d’une véritable approche humanitaire qui met l’accent sur la réduction/suppression de la pauvreté.

  • https://video.wordpress.com/embed/59ZpUYTY?preloadContent=metadata&hd=1

Soit dit en passant, si ces Ouïghours continuaient à vivre dans l’extrême pauvreté, les têtes parlantes occidentales crieraient: « Oh, regardez, les Hans à Shanghai ont des gratte-ciel, tout en négligeant les pauvres Ouïghours vivant dans des maisons de boue. Vous ne pouvez pas plaire à ces spin-doctors sinophobiques.

***

Ouïghours nomades

Ensuite, il y a les Ouïghours qui sont éleveurs et nomades dans la vaste région du Xinjiang. Voici un diaporama rapide :










Bien qu’elles semblent romantiques, leurs vies ne sont pas compatibles avec les temps modernes. La plupart d’entre eux sont coincés dans l’extrême pauvreté et leurs enfants grandissent aussi complètement analphabètes. Parfois, le gouvernement chinois relocalise des dizaines de milliers de ces personnes dans les villes et leur donne des emplois, des logements gratuits, des soins de santé, etc. Bien sûr, les médias américains vont raconter cela comme « nettoyage ethnique ». (Le gouvernement a aidé des millions de Chinois dans d’autres régions à sortir de l’extrême pauvreté par des projets de relocalisation similaires également).

Beaucoup de ces nomades apprécient la nouvelle vie : « Avec le chauffage central, le gaz, l’eau courante, Internet et la télévision par câble, nous n’avons plus besoin de nous soucier de choses qui nous ont troublés dans le passé ».


Parfois, si les parents ne veulent pas renoncer à leur vie nomade, le gouvernement peut déplacer les enfants dans des pensionnats, où ils obtiennent un logement gratuit, des repas et de l’éducation.

Séparatistes et terroristes

La Chine est aux prises avec le terrorisme depuis 1990, lorsque les moudjahidines ouïghours sont rentrés d’Afghanistan. Cependant, la Chine n’a pas raconté le problème terroriste auquel elle était confrontée au reste du monde. Alors, bien sûr, les médias occidentaux ont pris le contrôle du récit. Aujourd’hui, CGTN a sorti quelques documentaires (comme celui-ci), ce qui est un bon début. Voici un extrait d’une minute :

  • https://video.wordpress.com/embed/8Mx0slRK?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

***

Histoire de la subversion occidentale

Ce qui n’est pas mentionné dans les médias grand public, c’est que l’Occident entretient le séparatisme au Xinjiang depuis les années 1950 ! Lorsque les communistes chinois ont gagné en 1949 (en battant la faction soutenue par les États-Unis, qui a continué à établir Taiwan comme la nouvelle fausse Chine), les États-Unis ont commencé à armer / financer les séparatistes au Tibet et au Xinjiang.

Des documents de renseignement déclassifiés dans les années 1990 montrent comment les États-Unis donnaient des millions de dollars chaque année à des dissidents tibétains, dont le dalaï-lama. Puis les États-Unis ont également formé des guérilleros tibétains au Népal ainsi qu’au Colorado.

Quant aux séparatistes du Xinjiang, les États-Unis ont fait entrer beaucoup de ces extrémistes en Allemagne dans les années 1970 et les ont aidés à fomenter un mouvement pour le « Turkestan oriental ». Actuellement, le soi-disant « Congrès mondial ouïghour » (CMU) est financé et glorifié par le gouvernement américain par le biais d’ONG telles que National Endowment of Democracy (NED) – qui a également joué un rôle majeur dans les affrontements place Tiananmen en 1989 (voir mon article) et les émeutes de Hong Kong (voir mon blog). NED n’est qu’un front pour les opérations de changement de régime par les États-Unis. Allen Weinstein était l’homme qui a joué un rôle clé dans la création de la NED au début des années 1980. Plusieurs années plus tard, il a ouvertement admis que « beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait secrètement il y a 25 ans par la CIA ».

En décembre 2020, NED a tweeté qu’elle finançait le séparatisme ouïghour depuis 2004. Pour vraiment le frotter, le tweet montrait Xinjiang avec le drapeau bleu « Turkestan ». Incroyable orgueil et chutzpah.


Comme l’a révélé l’homme politique, écrivain et journaliste britannique George Galloway, les États-Unis tentaient d’utiliser Ben Laden dans une guerre par procuration contre la Chine au début des années 1990.

  • https://video.wordpress.com/embed/somVSx75?preloadContent=metadata&hd=1

La plupart des récentes histoires de propagande sur les atrocités proviennent simplement de témoignages par ouï-dire de membres de l’EUMC et de séparatistes. Il y a aussi des histoires d’horreur sur la collecte d’organes propagés par les membres du Falun Gong, une secte obscurantiste financée par des milliardaires chinois corrompus et en exil et par leurs alliés de l’extrême-droite nord américaine.

L’EUMC est dirigée par une femme nommée Rebiya Kadeer, qui était … la femme la plus riche de toute la Chine ! C’est à quel point elle était victime de discrimination en tant qu’Ouïghoure. Alors qu’elle répand toutes sortes de mensonges maintenant, ses petites-filles de retour au Xinjiang ont fait une vidéo qui montre comment les Ouïghours profitent des systèmes modernes de métro/et centres commerciaux haut de gamme qui disposent de magasins comme Gucci et Versace.

  • https://video.wordpress.com/embed/kqCq6B1Z?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

***

Fausses nouvelles et propagande d’atrocités

Quant aux allégations, il vaut la peine de citer un article du NY Times de 2014 qui qualifiait la procédure de refuge/d’asile « d’industrie du mensonge ». Il parle de la façon dont on a appris aux réfugiés de Chine et d’ailleurs à inventer des histoires d’horreur qui étaient, bien sûr, impossibles à vérifier. Plus tard, des fonctionnaires fédéraux américains ont secrètement enregistré des conversations d’avocats qui entraînaient leurs clients à mentir. L’article conclut que « la plupart des demandes d’asile étaient au moins partiellement fausses, allant de récits de persécution fabriqués de toutes pièces à des documents d’appui contrefaits et à des témoignages inventés ». Cependant, maintenant que la Chine est officiellement un ennemi géopolitique, toute allégation de séparatistes anti-Chine doit être totalement crue !

Radio Free Asia